UA-39743414-1
Comprendre l'exposition. - SV Photo

Comprendre l’exposition.

Comprendre l’exposition.

Afin de comprendre comment exploiter son boitier au mieux de ses possibilités, il est important de connaître les paramètres qui agissent sur la gestion de la lumière. Une image bien exposée correspond à une bonne mesure, mais comment bien mesurer ?

Un modèle qui aide à bien comprendre le principe est celui du verre d’eau : Imaginons qu’une photo réussie correspond à un verre d’eau bien plein, sans déborder. Il y a plusieurs façons de remplir un verre : vite avec beaucoup de pression ou plus lentement avec moins de pression.

Il faut en premier lieu déterminer (mesurer) la quantité d’eau (en fait de lumière) nécessaire pour remplir le verre. Une fois cette valeur obtenue, nous devons agir sur les trois paramètres à notre disposition. Ajoutons que plus le verre est grand, plus fine et détaillée est la photo. Citons les :

  1. La sensibilité (exprimée en Iso). Comme son nom l’indique, elle exprime a quel point le capteur va être sensible à la lumière, elle représente la taille du verre. Plus la sensibilité est élevée, moins on a besoin de lumière, mais plus on dégrade l’image. Par exemple, si la lumière le permet, il vaut mieux choisir 400 Iso plutôt que  1600 Iso. (100 Iso est un grand verre, 3200 Iso un tout petit !).
  2. Le diaphragme (exprimé en valeur de f) correspond à la largeur du faisceau de lumière reçu. Avec notre modèle du robinet, il correspondrait à la pression du jet d’eau sortant du robinet. Pour mémoire, f2,8 laisse entrer 2 fois plus de lumière qu’à f4, d’où l’intérêt d’une ouverture max la plus grande possible…
  3. Le temps d’obturation (en fractions de seconde ou secondes). Il correspond au temps pendant lequel on laisse les rideaux ouverts pour laisser entrer la lumière (ou l’eau en reprenant notre modèle du verre).

Maintenant que les paramètres sont maitrisés, il nous faut choisir quel mode de mesure de lumière sera le plus adapté à notre sujet. Selon l’effet recherché et la situation, il convient de choisir parmi les 3 modes à notre disposition :

  1. La mesure matricielle ou évaluative : elle découpe l’image en carrés, mesure la lumière dans chaque zone et fait un compromis entre toute ces données. Cette méthode s’adresse aux images faiblement contrastées ou à ceux qui ne veulent pas trop réfléchir. En effet elle est une solution facile mais pas optimisée.
  2. La mesure pondérée centrale : même principe que la matricielle mais une préférence est accordée aux mesures centrales de l’images. L’exposition sera plus précise et plus orientée au centre du cadrage. Donc si vous avez un sujet contrasté avec l’arrière plan, ce mode donnera de meilleurs résultats que la matricielle.
  3. La mesure spot : Elle ne fait l’exposition que sur une partie très réduite au centre du cadrage, à tel point que tout ce qui n’est pas compris dans cette petite zone n’a aucune importance.

Un exemple rapide pour illustrer :

Imaginez un portrait en contre jour sans flash, la matricielle donnera une image avec un sujet sombre et un arrière plan un peu cramé. En pondérée centrale, le sujet sera moins sombre et presque bien exposé, le ciel sera cramé. En spot avec le visage centré, le sujet sera bien exposé et l’arrière plan sera complètement brûlé.

Conclusion : Vous l’aurez compris, connaître les possibilités des types de mesures d’exposition ainsi que les paramètres pouvant les faire varier est important. Il faut néanmoins garder à l’esprit que la qualité de la lumière et son angle jouent un rôle tout aussi important (voir plus ) sur le résultat final. Voilà pourquoi les photographes attachent autant d’importance à l’heure de travail (éclairage zénithal ou rasant du soleil) afin d’avoir LA lumière désirée, car même avec une mesure et une exposition hyper optimisée, une mauvaise lumière ne donnera pas le résultat espéré…  Le flash est votre allié et peut permettre de compenser une lumière contraignante avec des sujets proches (en direct ou réfléchi) et lointains (en déporté).

Adapter la mesure au type de photos et à la lumière, choisir le mode (PASM) et trouver un cadrage, voilà le challenge ! Tout cela se pratique comme un sport afin de conserver les réflexes et automatismes qui vous permettront de ne pas cogiter une heure avant de déclencher 😉 Happy shooting !

Article sur l'exposition Les infos EXIF permettent de consulter tous les paramètres de prise de vue.

Stéphane LEBAS Created by Dream-Theme — premium wordpress themes. Haut